Soufre et glucose

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Joé le Sam 25 Oct 2014 - 20:22

Bonsoir Chrysopolis,

merci pour ton retour d'expérience! L'installation de billes de soufre dans le plénum est certainement une piste intéressante et tentante, mais à mon avis difficilement gérable comparer à un ajout de glucose qui peut être fait de façon ponctuelle.

@+
avatar
Joé
Admin

Messages : 6903
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 53
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  chrysopolis le Sam 25 Oct 2014 - 20:26

à une époque lointaine, j'ai eu la chance d'assister à un exposer fait par un allemand qui travaillait avec des zéolithe. Il avait fait un exposé sur l’intérêt de nourrir les bactéries avec du glucose, franchement c'était velu !!!
je sais qu'il y a même des américains, qui nourrissent les bactéries dans leur bac récifaux avec de la vodka.


chrysopolis

Messages : 181
Date d'inscription : 27/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  chrysopolis le Dim 26 Oct 2014 - 6:59

voilà ce que j'ai retrouvé dans mon fatra.
C'est un article, article écrit par Florian Lesage & Hervé Rousseau si ma mémoire est bonne c'était en 2004 ou 2005.

L’aquariophilie marine n’échappe pas aux modes. Un point commun à la plupart des techniques et des appareils à la mode est que leurs bases rationnelles sont rarement établies, qu’ils soient révolutionnaires ou totalement fantaisistes. C’est ainsi qu’ont été développés des méthodes de maintenance et du matériel encore utilisés aujourd’hui. Mais il faut reconnaître qu’un nombre bien plus grand encore de voies ont été explorées qui sont restées sans issue. Cet article d’Info Récifs présente LE sujet à la mode : la méthode "vodka". L’ajout de vodka dans le bac est suivi d’une réduction des concentrations en nitrates et en phosphates dissous. Mais vous, connaissez-vous la dose de vodka idéale pour un Lagon Bleu réussi ? Les bases de la méthode : des bactéries et de l’éthanol Malgré leur simplicité extrême, les bactéries ont su s’adapter à tous les milieux, des plus chauds aux plus acides. Ces organismes sont les plus abondants, et ils ont colonisé l’ensemble du globe sous de nombreuses variétés aux propriétés bien différentes : certaines espèces n’ont besoin que d’éléments minéraux (chimioautotrophes) ou de lumière (photoautrotophes) pour prospérer, d’autres ont besoin de molécules organiques (hétérotrophes). Un être humain « promène » sur sa peau et dans son système digestif plus de bactéries que son propre corps ne compte de cellules vivantes. C’est la même chose pour un aquarium récifal ! Même si vous ne les voyez pas, votre bac héberge un nombre incalculable de bactéries. Elles sont à la base de toutes les méthodes récifales réussies, en particulier les bactéries qui transforment les déchets azotés. Les pierres vivantes et les lits de sable épais hébergent les bactéries aérobies et anaérobies qui assurent les étapes successives du cycle de l’azote. Celles-ci sont hétérotrophes et tirent donc leur énergie d’une source de carbone qui provient pour l’essentiel de la nourriture apportée aux organismes supérieurs (poissons, invertébrés) et de la décomposition de ces organismes lorsqu’ils meurent. Dans un aquarium récifal équilibré, les composés carbonés sont présents en quantité suffisante pour l’ensemble des bactéries hétérotrophes hébergées. Certains amateurs avertis ont pour habitude - en particulier en bac Jaubert - d’apporter une source additionnelle de composés carbonés au démarrage du bac, le plus souvent sous forme de sucre, afin d’accélérer la prolifération des bactéries dénitrifiantes et dénitrificatrices. Mais les bactéries n’entrent pas en jeu uniquement dans le cycle de l’azote. Certaines jouent un rôle dans d’autres équilibres comme celui-ci du cycle du phosphore. Ce cycle est plus complexe que celui de l’azote et met en jeu plusieurs formes de composés phosphorés. Il fait aussi intervenir les animaux et algues qui ont une place toute aussi importante que celle des bactéries. Cycle du phosphore La principale différence entre le cycle du phosphore et celui de l’azote est que le premier n’est pas complet en aquarium récifal. Le phosphore, en particulier sous la forme de phosphates, n’est que partiellement extrait du système. Il convient dès lors d’en limiter les apports (utilisation d’eau osmosée, charbon de bonne qualité, rinçage de la nourriture) mais également d’assurer un entretien rigoureux de l’aquarium récifal (clochage, siphonnage des sédiments…). Le traitement des phosphates est une vieille préoccupation des industriels en charge de l’épuration des eaux usées. D’abord tentée par une voie chimique, puis par l’utilisation d’algues diverses, en passant par d’hypothétiques traitements électriques ou magnétiques, une solution bien maîtrisée aujourd’hui est celle du traitement par voie biologique. Cette solution exploite les facultés de certaines bactéries hétérotrophes à extraire puis à stocker des quantités considérables de phosphates dissous et donc de les transformer en produits beaucoup plus facilement extractibles. Ces bactéries sont hébergées au sein de réacteurs et sont nourries de matière carbonée… Dans l’esprit cette approche rappelle une application aquariophile bien connue qui est celle du dénitrateur hétérotrophe. A la différence toutefois que dans le cas du réacteur à phosphate, il faut procéder à un nettoyage régulier pour exporter le phosphore extrait et fixé. Une source de carbone utilisable pour le traitement des eaux est le glucose, de formule chimique : C6H12O6 ; pour une raison relativement simple : en dehors du carbone, on ne rajoute rien. D’autres sucres courants (sucrose, fructose) ainsi que de l’éthanol (CH3CH2OH) peuvent être employés comme source de carbone organique. L’ajout de vodka en aquarium D’ou vient la vodka ? La vodka est produite à partir de matières premières comme l’orge, le seigle, le froment ou les pommes de terre. Après la fermentation vient une triple distillation, puis la dilution de l’alcool par de l’eau pure afin de le rendre propre à la consommation. La dernière étape est constituée d’un filtrage sur charbon de bois ou sable. L’ensemble de ces étapes assure à la vodka une grande pureté : elle n’est consituée que d’ethanol et d’eau. L’ajout de vodka n’est pas une révolution en soi, mais la manifestation plus à la mode d’une vieille pratique qui est l’ajout de sucre. Depuis plusieurs années, certains aquariophiles ont pris pour habitude d’ajouter du glucose dans leur aquarium dans le but de réduire la concentration des nitrates. Comme nous l’avons vu, un bac récifal bien conçu ne nécessite pas d’adjonction de sucre puisque les bactéries dénitrifiantes et dénitrificatrices sont présentes en quantité suffisante dans les pierres vivantes et /ou les couches épaisses de sable. Pourtant, on constate une diminution effective de la concentration en nitrates dans le cadre d’un ajout raisonné et maîtrisé de glucose. Le plus étonnant est que cette diminution des nitrates est le plus souvent accompagnée d’une diminution des phosphates dissous. La simple stimulation de l’activité des bactéries anaérobies dénitrificatrices ne peut être à l’origine de cela. Il faut donc envisager un autre mécanisme. La première hypothèse est que les bactéries qui fixent les phosphates et que nous avons mentionnées plus haut entrent en jeu. Elles ne sont cependant pas extraites et le phosphore reste dans le bac : en cessant l’ajout de sucre, ces bactéries, en raison de leur biologie, devraient réutiliser l’énergie investie dans le stockage des phosphates et donc restituer ces phosphates à la colonne d’eau. Dans le cadre d’un lit de sable de sable épais ces phosphates peuvent précipiter - au moins en partie - sur l’aragonite mais qu’en est-il dans un bac à sol nu ? On sait par expérience qu’il n’y a pas d’augmentation brutale des phosphates dissous après l’arrêt d’ajout de sucre et cela même dans un bac à sol nu. Il faut donc émettre une autre hypothèse qui a l’intérêt d’être plus simple et plus plausible : l’ajout d’une source de carbone organique déclenche une prolifération généralisée des bactéries hétérotrophes. Celles-ci vont puiser dans l’eau les éléments qui vont leur fournir l’azote, le phosphore et le soufre dont elles ont besoin pour se construire, c’est-à-dire nitrates, phosphates et sulfates ! Après arrêt de l’ajout, les populations vont décroître naturellement et une grande partie des bactéries va mourir. La production accrue d’écume par l’écumeur durant et après le traitement est en accord avec cette hypothèse, que cette écume soit constituée de débris bactériens ou du zooplancton/phytoplancton qui absorbe ces bactéries. La prolifération bactérienne est d’ailleurs visible sur les sur les surfaces vitrées qui se salissent plus rapidement lors du traitement. Par ailleurs, un surdosage se traduit immanquablement par une prolifération excessive qui devient telle qu’elle trouble l’eau. L’utilisation de vodka à la place du glucose est assez difficile à interpréter ou à justifier et ne présente pas de réel intérêt d’un point de vue biologique. Certains avancent des critères financiers, d’autres pratiques… Quoi qu’il en soit nous vous conseillons plutôt l’utilisation du simple sucre blanc raffiné ! Le sucre de table est pur, bon marché et tout aussi efficace que la vodka et le glucose. La quantité de sucre à ajouter dans l’aquarium dépend fortement des paramètres et il suffit de comparer les doses préconisées dans les articles décrivant la méthode vodka pour se rendre compte qu’aucune règle ne détermine la quantité à ajouter ! En réalité, l’effet escompté de l’ajout de glucose ou de vodka est simplement une augmentation de la population bactérienne, population qui ne peut en aucun cas être quantifiée dans un aquarium. C’est pourquoi les ajouts ne peuvent être réalisés que de manière empirique, ce qui explique une dose souvent faible en début d’expérience suivie d’une augmentation progressive des quantités ajoutées. Un demi morceau de sucre (2.5 g) pour 500 litres par 24 heures est une dose à ne pas dépasser au risque de déclencher une prolifération bactérienne explosive. Et dans ce type d’expérimentation comme pour tant d’autres, pas de précipitation ! Les effets ne seront pas mesurables avant plusieurs jours, donc inutile d’en rajouter… Quand le bac désaoule… L’ajout d’une source de carbone organique dans l’aquarium a comme principal effet la croissance de l’ensemble des populations bactériennes hétérotrophes qu’elles soient considérées comme désirables ou indésirables ! Les cyanobactéries sont notamment favorisées par l’ajout de sucre comme tout autre bactérie. On a également pour habitude de lier la présence ou non de cyanobactéries au rapport de Reinfeld (rapport entre l’azote et le phosphore) qui lorsqu’il varie a une influence notable sur l’apparition et la prolifération de celles-ci. Dans le langage commun, les bactéries sont souvent associées à la maladie…En effet, un nombre de maladies sont d’origine bactérienne y compris dans l’aquarium marin. L’ajout de glucose peut alors avoir un effet indésirable en favorisant la prolifération de germes infectieux… Certains aquariophiles ont également pu constater des explosions bactériennes dont le premier effet est un trouble de l’eau et dont les effets secondaires sont mal connus, mais dont le plus évident est une consommation excessive de l’oxygène dissous qui se fait au détriment des autres organismes hébergés, en particulier lors de la phase obscure. Le principal problème de cette méthode vodka, comme celle de l’ajout d’autres sources de carbone organique, est que l’on ne maîtrise pas ce que l’on fait. On favorise le développement d’organismes hétérotrophes et l’on augmente alors considérablement la biomasse en organismes dont le métabolisme produit une grande quantité d’acide. L’ajout de carbone organique provoque donc indirectement une diminution conséquente du pouvoir tampon de l’eau (KH). Les bactéries qui prolifèrent prélèvent aussi un nombre élevé d’éléments pour se construire dont le calcium, le fer et bien d’autres éléments trace. Les effets de l’ajout de glucose peuvent ainsi être désirables (diminution des nitrates et des phosphates) comme indésirables (diminution du KH et du calcium). L’ajout doit donc se faire en contrôlant avec application tous ces différents paramètres et ne doit pas durer trop longtemps. Fidèles à la philosophie que nous développons depuis nos débuts dans la rubrique InfoRécif, nous ne saurions conseiller l’expérimentation de la méthode vodka qu’aux aquariophiles les plus avertis. Pour les autres, qu’ils nous pardonnent de répéter que le succès d’un aquarium récifal réside d’abord dans sa conception initiale et dans son suivi régulier. L’utilisation ponctuelle de résines anti-phosphates par exemple et un entretien rigoureux de l’aquarium nous semble moins aléatoire que l’ajout de carbone organique. Pour le cocktail Lagon Bleu, un volume de vodka pour un volume de curaçao bleu et un volume de jus de citron vert ou de pamplemousse sur de la glace pilée est une recette tout à fait convenable : à déguster devant votre bac et avec modération bien sûr… Pour aller plus loin : expérimentation et aquariophilie… Est ce bien raisonnable ?? La population des aquariophiles se renouvelle régulièrement et les esprits les plus féconds empruntent souvent les mêmes chemins. Des débats récurrents prennent donc naissance sur les forums Internet comme dans les clubs concernant la validité et la crédibilité du dernier sujet à la mode…Et bien entendu, la méthode vodka n’échappe pas à cette règle. Les anciens interviennent généralement peu mais cette fois ci, c’est Eric Borneman qui s’est attelé à la tâche dans une série d’articles parus dans le magazine en ligne ReefKeeping : The Old Becomes New, Yet Again: Sandbeds and Vodka , part 1 The Old Becomes New, Yet Again: Sandbeds and Vodka , part 2 Il attire l'attention sur la tendance que possèdent la plupart des aquariophiles à énoncer des vérités sans réelle maîtrise du phénomène considéré et sans prendre en compte les observations réalisées précédemment. Dans le cas de la méthode vodka, il reprend l’article à l’origine de cette nouvelle mode : Mrutzek M, and J Kokott. 2004. Ethanoldosierung im Aquarium - neue Wege zur Verbesserung der Lebensbedingungen. Der Meerwasseraquarianer 8: 60-71. Une fois balayées les considérations biologiques exposées en introduction et qu’il considère comme partiellement erronées, Eric reprend la plupart des arguments développés dans l’article en citant des contre-exemples et des références supportant les thèses inverses ! Le but n’est pas ici de reprendre tous ces éléments point par point, même si l’exercice n’est pas sans intérêt… Mais il nous a semblé important de profiter de cette colonne pour mettre en garde les aquariophiles contre toutes les nouveautés et phénomènes de mode qu’on a l’habitude de leur "vendre", en particulier les vérités énoncées par des personnes dont l’expérience aquariophile est très discutable. Certes la méthode vodka n’est pas dénuée de sens ni d’intérêt dans certains cas précis… Mais les raccourcis sont dangereux. On entend couramment : " Tu as des nitrates ?? Mets de la vodka, un verre tous les jours et tu verras ! "… Et les changements sont parfois radicaux. Des personnes expérimentées ont décrit un changement net dans l’équilibre de leur écosystème avec de nombreux phénomènes que la plupart des aquariophiles ne pourraient pas percevoir… Alors quel doit être le comportement des aquariophiles devant ces avalanches de phénomènes de mode, du lit de sable épais (Deep Sand Bed) à la boue miracle (Miracle Mud) en passant par cette fameuse méthode vodka ? Nous ne saurions que trop vous conseiller d’adopter le principe de précaution et de ne vous livrer à des expérimentations que lorsque vous penserez être en mesure de maîtriser et contrôler les éventuels effets inattendus. Il convient également de multiplier ses sources d’information, les recouper et vérifier leur validité. Par exemple, Internet est un excellent outil de recherche, mais on y trouve le meilleur comme le pire, et parfois sur les sites qui ont le plus de visiteurs… Cherchez donc du côté des sites de qualité en n’hésitant pas à poser des questions sur les forums… Le raisonnement est le même pour les clubs. Fuyez tous les jugements à l’emporte-pièce, ils sont forcément faux ! Le raisonnement opposé consisterait à dire que la Science n’aurait pas tant progressé sans l’expérimentation, alors pourquoi n’en serait-il pas de même avec l’aquariophilie ? Tout simplement parce que la plupart des adeptes de ce loisir ne se positionnent pas dans une démarche scientifique - et c’est bien normal ! - avec toute la rigueur et les moyens financiers que cela impose. Ils aiment également jouer aux apprentis chimistes… Aussi, nous vous invitons à faire votre la philosophie de la plupart des aquariophiles expérimentés : "Lorsque le bac est bien conçu, moins on y touche, mieux il se porte !", alors admirez et observez…

chrysopolis

Messages : 181
Date d'inscription : 27/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Joé le Dim 26 Oct 2014 - 11:36

Bonjour Chrysipolis,

merci pour cet article très intéressant et j'ai surtout retenu deux phrases: Ils aiment également jouer aux apprentis chimistes… Aussi, nous vous invitons à faire vôtre la philosophie de la plupart des aquariophiles expérimentés : "Lorsque le bac est bien conçu, moins on y touche, mieux il se porte !", alors admirez et observez…

Je pense qu'il est encore possible d'améliorer la méthode Jaubert, mais il faut rester très prudent, car a vouloir trop modifier des mécanismes naturels, et l'homme est un expert dans ce domaine, il arrive parfois que la nature se retourne contre nous et devient ingérable. Prudence, prudence.....

@+
avatar
Joé
Admin

Messages : 6903
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 53
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  nathan 51 le Dim 26 Oct 2014 - 13:24

Vraiment un excellent article, dans le détail mais avec des mot simple. Merci beaucoup.
C'est quoi la source de l'article ?
D'ailleurs la nouvel mode c'est le lanthane pour réduire les Po4 ^^

Le raisonnement opposé consisterait à dire que la Science n’aurait pas tant progressé sans l’expérimentation, alors pourquoi n’en serait-il pas de même avec l’aquariophilie ? Tout simplement parce que la plupart des adeptes de ce loisir ne se positionnent pas dans une démarche scientifique
Je suis pas tout a fait d'accord avec ça.
Je pense que depuis internet et les forums les méthode ne cessent de ce perfectionner. En effet avec les retours d'expérience des différents membres on peut avoir une vue général de ce qui fonctionne bien ou moins bien.
Bien entendue il faut prendre toute les informations avec des pincettes et les recouper avec le plus de sources différentes possible (forum, articles scientifique, expérience personnelle).

Perso je joue aussi en quelques sorte aux apprentis biologiste avec mon DSB. C'est bien par curiosité (et une certaine conviction) que j'ai lancé ce système qui est très controversé.
Le sable en lui même dans un aquarium est très controversé, il donne lieu à des débat féroces  lol!
Mais ici ça va, on entend personne dire "c'est une bombe à retardement"  lol!
avatar
nathan 51

Messages : 617
Date d'inscription : 15/04/2013
Age : 29
Localisation : Reims

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  chrysopolis le Dim 26 Oct 2014 - 17:59

contant que l'article vous est plue.

ne pas oublier que cet article a été écris à l'époque où nous les récifalistes berlinois découvrions les ampoules 10 000K (avec l'arrivée sur le marché de la marque BLV), ce qui était une véritable révolution et qui nous à sorti de la préhistoire avec nos ampoules OSRAM D ou les fameuse RADIUM et tube OSRAM 67 ...

chrysopolis

Messages : 181
Date d'inscription : 27/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Joé le Dim 26 Oct 2014 - 19:19

nathan 51 a écrit: Le sable en lui même dans un aquarium est très controversé, il donne lieu à des débat féroces  lol!

C'est une des raisons principales, mais ce n'est pas la seule, qui m'a motivé afin de créer ce forum dédié à la méthode Jaubert, lassé de lire des débats stériles et sans fondement sur certains sites aquariophiles.


nathan 51 a écrit:Mais ici ça va, on entend personne dire "c'est une bombe à retardement"  lol!

La bombe à retardement est une pure fabulation d'aquariophiles.

@+


Dernière édition par Joé le Lun 27 Oct 2014 - 10:38, édité 1 fois (Raison : Complément)
avatar
Joé
Admin

Messages : 6903
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 53
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  chrysopolis le Dim 26 Oct 2014 - 19:49

nourris ton plénum au régime salisifi-pois chiche- cassoulet et tout vas la voire la bombe Razz

chrysopolis

Messages : 181
Date d'inscription : 27/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Joé le Lun 27 Oct 2014 - 10:34

Hello,

faut pas confondre plénum et intestin Laughing !

@+
avatar
Joé
Admin

Messages : 6903
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 53
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  layssino le Mar 2 Déc 2014 - 20:17

j'ai ajouté hier du vinaigre blanc pour baisser mon PH qui était au dela des 8,6(très probablement mauvaise utilisation du RAH)
il est retombé à 8 avec des ces ajouts.

Mais voilà, j'avais zappe que le vinaigre blanc(acide acétique) était bourré de base carbonaté, j'ai mis 100ml en 4 fois sur une grosse demi journée. soit pas loin de 8G de "glucides" si mes calculs sont bons à partir des Kcal présents dans 100ml de vinaigre.

Je viendrais ici vous dire l'effet de ces 8g ajoutés "massivement" dans ces 200L nets
j'en ai mis dans le rah également...

ce soir, l'eau semble moins cristalline mais pas de quoi dire qu'elle est trouble.
Pas de perte, tout ce passe bien... je ferais des test complets après demain...

layssino

Messages : 391
Date d'inscription : 22/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  mimile le Mar 2 Déc 2014 - 21:13

layssino a écrit:j'ai ajouté hier du vinaigre blanc pour baisser mon PH qui était au dela des 8,6(très probablement mauvaise utilisation du RAH)
il est retombé à 8 avec des ces ajouts.

Mais voilà, j'avais zappe que le vinaigre blanc(acide acétique) était bourré de base carbonaté, j'ai mis 100ml en 4 fois sur une grosse demi journée. soit pas loin de 8G de "glucides" si mes calculs sont bons à partir des Kcal présents dans 100ml de vinaigre.

Je viendrais ici vous dire l'effet de ces 8g ajoutés "massivement" dans ces 200L nets
j'en ai mis dans le rah également...

ce soir, l'eau semble moins cristalline mais pas de quoi dire qu'elle est trouble.
Pas de perte, tout ce passe bien... je ferais des test complets après demain...

dans toutes vos démonstrations, je n'ai pas lu QUE TOUTE MODIFICATION QUELLE QUELLE SOIT DOIT SE FAIRE LENTEMENT
la base c'est ça ...............................la patience .
aussi , les articles de 2000 ou autour de ces dates ont évolués , on ne remonte plus l'eau avec des exhausteurs non plus
toutes les théories de l'époque bien que fondées en leurs temps sont à revoir
les techniques de brassage, de redox etc ont explosées techniquement ,
il me semble que tout cela est à prendre en considération
avatar
mimile

Messages : 437
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 68
Localisation : sainte maxime

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Cacao le Mer 3 Déc 2014 - 10:25

layssino a écrit:j'ai ajouté hier du vinaigre blanc pour baisser mon PH qui était au dela des 8,6(très probablement mauvaise utilisation du RAH)

Sur quelle période le dépassement a eu lieu ?
Si tu mesures tous les jours ton pH, peut être qu'il aurait mieux fallu attendre non ?

Cacao

Messages : 207
Date d'inscription : 01/08/2014
Age : 34
Localisation : Herblay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Joé le Mer 3 Déc 2014 - 13:15

Bonjour Layssino,

le problème de ph aurait sans doute été résolu naturellement après un réglage optimisé du RAH. Il faut parfois savoir attendre sauf si les coraux sont en danger immédiat. De plus, dans un bac récifal le ph fluctue régulièrement.

@+
avatar
Joé
Admin

Messages : 6903
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 53
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Max44 le Mer 3 Déc 2014 - 17:33

Joé a écrit:Bonjour Layssino,

le problème de ph aurait sans doute été résolu naturellement après un réglage optimisé du RAH. Il faut parfois savoir attendre sauf si les coraux sont en danger immédiat. De plus, dans un bac récifal le ph fluctue régulièrement.

@+

Je plussoie l'avis de Joé !
Avant d'utiliser des techniques risquées, et en plus à hautes doses, tu aurais pu simplement débrancher le RAH quelques jours . Le pH serait rapidement redescendu à une valeur normale
avatar
Max44
Conseiller

Messages : 1639
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 35
Localisation : Loire-Atlantique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  layssino le Mer 3 Déc 2014 - 21:57

Salut à tous.

Sur le test salissait, j'étais hors échelles, donc mini 8,6, c'était pet 8,8, 9...

et c'était pas en fin de journée...
AU tout début, j'étais en cycle inversé pour l'éclairage bac principal/décante, puis j'ai lut un post de Jaubert qui disais que justement, l'éclairage inversé pouvais peut être posé problème à la fonction de dénitrification (qui a besoin d'hypoxie), du coup j'étais presque pas en inversé.
Puis j'avais pendant quelques jour utilisé du lait de chaux en Plus du RAH .

Puis j'ai presque mis en inversé avec 4 heures d'éclairage NUL...arreté le lait de chaux...ca na pas fair bouger mon PH, pire encore.

Mon problème de RAH : je crois que c'est dans une zone sous brassée : je vois bien des dépôts calcaires sur les vitres de la décante....et mon calcium qui ne bouge presque pas.. à 380....par contre j'ai vu mon PH s'envolé et mon KH baisser à 5.

j'avais peur qu'en débranchant le RAH, j'ai une chute d'autres paramètres et de ne plus savoir m'en sortir

Puis je suis tombé sur un article qui parlait de comment résoudre les problème de PH avec l'acide acétique et c'est vrai que sur le moment, j'ai pas tilté que j'aurais dut baisser cela moins vite.

Mais bon, si un PH peut varier de 0,2-O,4 sur une journée, une baisse de 0,6 sur une demie journée n'est pas dramatique à mon sens.

En tout cas, ce jour : eau limpide, tout le monde va bien.

PH 8 en milieu de journée.

et ptet un ajout de carbone qui devrait être utilisé pour booster les populations bactériennes.

Je vous tiendrais au courant pour l'ajout de vinaigre dans le RAH, en tout cas ce jour, Calcium inchangé.
NO3 possiblement plus proche des 10 que des 25 sur l'échelle salissait alors qu'au test precedent j'avais une couleur bien intermédiaire.


layssino

Messages : 391
Date d'inscription : 22/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  mimile le Jeu 4 Déc 2014 - 0:21

le vinaigre blanc faisait partie d'une méthode que j'ai appliquée 3 ans
ça s'appelle VSV : 1/3 sucre 1/3 vodka 1/3 vinaigre blanc ,
ce cocktail est censé apporter de la nourriture a certaines bactéries et j'en ai été très content .

mais, je pense qu'en jouant uniquement avec du vinaigre, tu as du précipiter le calcaire , c'est pour ça que ton ph est descendu , que ton kh est nul, et que tu voies des dépots de partout .
l'arrêt momentané d'apport de calcium aurait suffi à lui seul .
avatar
mimile

Messages : 437
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 68
Localisation : sainte maxime

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  layssino le Jeu 4 Déc 2014 - 1:37

mimile a écrit:le vinaigre blanc faisait partie d'une méthode que j'ai appliquée 3 ans
ça s'appelle VSV : 1/3 sucre 1/3 vodka 1/3 vinaigre blanc ,
ce cocktail est censé apporter de la nourriture a certaines bactéries et j'en ai été très content .

mais, je pense qu'en jouant uniquement avec du vinaigre, tu as du précipiter le calcaire , c'est pour ça que ton ph est descendu , que ton kh est nul, et que tu voies des dépots de partout .
l'arrêt momentané d'apport de calcium aurait suffi à lui seul .

pztitz précision : les dépôts sont antérieurs à l'utilisation de vinaigre, la CA doit précipiter car pas assez brassé je pense.

En lisant le protocole VSV je vois qu'il faut éviter un sevrage du bac brutal.

Je risque donc avec cette important apport de carbone une prolifération bactérienne qui va se retrouvé privé de carbone.

Je vais donc surveiller attentivement les NO3 et l'aspect de l'eau.

layssino

Messages : 391
Date d'inscription : 22/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soufre et glucose

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum